Pneus verts, économie de carburant, émissions de CO2 - Bridgestone travaille sur la deuxième génération de son pneu sans air
Center

Bridgestone travaille sur la deuxième génération de son pneu sans air

Environnement Publié le 12/12/13 par Cédric Pinatel

L'avenir du pneumatique passera-t-il par des produits dépourvus d'air ? Chez Bridgestone, on y croit et on vient de présenter la deuxième génération de son pneu sans air.

Bridgestone Air Free Concept sur véhicule Le pneu Bridgestone Air Free Concept 2ème génération équipe pour l'instant des véhicules ultra-légers - Crédits photo © : Bridgestone

Réduction de l'entretien et de la pollution

Depuis les toutes premières conceptions, le pneumatique repose sur un volume d'air. Ce qui implique évidemment un entretien régulier de façon à vérifier le niveau de gonflage. Et des produits qui restent évidemment vulnérables aux crevaisons et autres déchirures qui peuvent rendre un pneumatique inutilisable. L'idée de mettre au point un pneumatique dont la structure « porteuse » n'utilise pas d'air est donc potentiellement très intéressante, à condition de parvenir à un produit dont les performances sont suffisantes et le confort d'utilisation, raisonnable. D'après Bridgestone, les avantages vont même bien au delà de ça : en dévoilant la deuxième génération de son pneu sans air au dernier salon de Tokyo, le manufacturier japonais précise que ce produit est aussi plus respectueux de l'environnement puisque sa structure pourrait comporter seulement des matériaux recyclés, et que le niveau de consommation en roulant serait plus faible qu'avec un pneu normal.

 

Bridgestone Air Free ConceptCrédits photo © : Bridgestone


Impossible à monter sur une vraie voiture, pour l'instant

Le Air Free Concept Tire de seconde génération développe des performances meilleures que la première mouture, que ce soit en termes de tenue en virage, de résistance au roulement ou de confort d'utilisation. Le problème, c'est que Bridgestone ne teste pour l'instant ce pneu que sur des véhicules ultra-légers de 410 kilos (la première génération était testée sur des véhicules de 100 kilos). Autant dire qu'on est encore loin du pneu librement vendu sur le marché, capable d'être monté sur de « vraies » automobiles familiales. Reste que le développement va se poursuivre et que le concept pourrait prochainement atteindre un niveau suffisant pour de vraies applications commerciales. Les automobilistes auraient sans doute tout à y gagner.