Pneus verts, économie de carburant, émissions de CO2 - Pneu vert : une bonne idée ?
Center

Pneu vert : une bonne idée ?

Environnement Publié le 26/11/09 par Laurent

Rendons à César ce qui appartient à César. Le pneu vert est bien une innovation du Groupe Michelin qui lançait, il y a 17 ans, le pneu Energy. Depuis, les principaux manufacturiers se sont lancés dans la course aux économies d’énergie et présentent dans leurs gammes, plusieurs modèles de pneus « verts ». Mais, ces pneus n’ont-ils de vert que le nom ?

Pneu vert : un produit innovant

En avant-propos, une petite définition du pneu vert ne semble pas inutile.  Chaque véhicule, en roulant, est soumis à des forces qui freinent sa progression : les frottements mécaniques, les frottements aérodynamiques, l’inertie du véhicule, la gravité et la résistance au roulement. C’est sur ce dernier point que le pneu vert a tout son rôle à jouer en terme d’optimisation de résistance au roulement.
En effet, le pneu peut être responsable à lui seul de près de 20% de la consommation de carburant d’un véhicule. A chaque rotation, les matériaux qui constituent le pneumatique s’échauffent, se déforment et dégagent une partie de l’énergie transmise par la voiture : c’est le phénomène de résistance au roulement, qui peut représenter jusqu’à un plein de carburant sur cinq.

 

Améliorer la résistance au roulement

Face à ces constats et surtout fortement encouragés par l’annonce de la Commission Européenne, fin 2007, de réduire les émissions de gaz à effet de serre à 120g de CO2/km d’ici à 2012*, les manufacturiers ont continué à plancher sur un pneu à faible consommation d’énergie et donc à faible résistance au roulement.

Eco-label européenCrédits photo © :
Dès 1992, le précurseur, Michelin faisait des émules. Et en 2001 Goodyear lançait sur le marché le premier pneu utilisant  la technologie brevetée BioTRED, à base d’amidon de maïs, subventionnée par la Commission européenne et qui offrait une résistance au roulement très faible. L’imagination est sans borne dans ce domaine … Cependant, si cette nouvelle technologie permettait une économie de carburant, elle présentait l’inconvénient de proposer un compromis usure/adhérence moins avantageux.

L’enjeu, pour tous les fabricants, était donc de permettre une diminution de la consommation sans dégrader le niveau d’adhérence des pneus et leur durée de vie. C’est pourquoi les recherches se sont portées sur la bande de roulement, c’est-à-dire sur la partie qui entre en contact avec le sol. Et dans ce domaine, Michelin est parvenu à remplacer 95% du noir de carbone, qui donne sa couleur au pneu, par de la silice qui est un matériau beaucoup moins consommateur d’énergie et qui réclame donc, beaucoup moins de carburant. De cette technique est né le pneu Energy Saver, avec une résistance au roulement en baisse de 20% et une économie d’énergie de 4 g de CO2 au km. Un pneu qui constitue d’ailleurs les ¾ des ventes effectuées par Michelin en Europe. Et les concurrents ne sont pas restés inertes : GoodYear sortait l’Efficicient Grip et sa technologie « Fuel saving », Pirelli le Cinturato P7 et sa technologie ENERGY EFFICIENT, Bridgestone l’Ecopia et Continental son Ecocontact1.

 

Pneu vert : un vrai avantage ?

Voilà pour ce qui est de l’historique, mais la question reste posée : est-il judicieux d’investir dans des pneus verts ?
Le prix d’achat n'est pas supérieur à un pneu traditionnel, mais la véritable interrogation porte sur l’utilité que ce type de pneu peut vous procurer.

Pour une même dimension, vous disposez de plusieurs types de pneumatiques, chacun dédié à un usage différent. Les pneus verts s’adaptent à tout type de voiture : citadine, berline, monospace mais pour en tirer toute la quintessence, le conducteur devra adopter une conduite raisonnable et raisonnée, à la fois dans des conditions climatiques difficiles mais également lors de conduite plus sportive ou même en ville. Aux avantages de l’économie de carburant et de l’impact direct sur votre porte-monnaie, d’une bonne performance d’usure et de d’un bon niveau d’adhérence, vous y ajouterez celui de faire un geste « citoyen » et de participer à la protection de l’environnement.

Nous sommes aujourd’hui à la quatrième génération de pneus verts. Cette technologie partagée par l’ensemble des grands manufacturiers est disponible pour le consommateur, simple d’utilisation, efficace sur les performances et économique dans son utilisation. Alors, oui, si la couleur du pneu vert reste noire, sa composition, ses caractéristiques font de lui un produit réellement innovant en terme d’économie d’énergie et de protection de l’environnement.

* Cela signifie que des voitures essence et diesel devront parcourir avec 1 litre, respectivement 22 et 19,5 km.