Pneus verts, économie de carburant, émissions de CO2 - Pourquoi les constructeurs se mettent tous au pneu vert
Center

Pourquoi les constructeurs se mettent tous au pneu vert

Environnement Publié le 05/05/11 par rezulteo

Le pneu étant responsable de 20% de la consommation d’essence, l’industrie automobile voit dans les pneus à faible résistance au roulement un moyen d’atteindre les objectifs que lui a assignés l’Union européenne en matière d’émission de CO2.

La Laguna DCI 110 Crédits photo © : All Rights Reserved

Les constructeurs automobiles ont tous les yeux fixés sur 2012. Ils se sont engagés auprès de la Commission européenne à réduire à cette date le seuil moyen d’émission de C02 de leurs véhicules. Celui-ci ne devra pas dépasser 120g/km, contre 140 actuellement.

Les véhicules qui dépasseront les seuils d’émission de CO2 se verront appliquer les pénalités suivantes : de 5€/g jusqu’à 1 g de dépassement à 45€/g jusqu’à 3 g + 95€/g pour la fraction de dépassement au-delà de 3 g.

Toutefois, pour laisser aux constructeurs le temps d’adapter leurs gammes à ces nouvelles normes, le pourcentage de véhicules pris en compte pour le calcul des émissions moyennes de chaque constructeur sera progressif : 65% en 2012, 75% en 2013, 80% en 2014 et 100% à partir de 2015.

Les constructeurs voient donc dans les pneus une possibilité d’améliorer le bilan énergétique de leurs véhicules à moindre frais.

Quand les pneus permettent de passer sous le seuil fatidique des 120g de CO2/km

Le cas de la Renault Laguna dci 110

Comme tous les constructeurs automobile, Renault a fait de l’abaissement des émissions de C02 une de ses priorités. Tout en peaufinant sa gamme ZE (pour « zéro émission »), dont les concepts Fluence et Zoé ont été présentés au dernier Mondial de l’automobile, il retravaille sa gamme pour amener un maximum de modèles jusqu’au seuil de 120 g/km de CO2.

La Laguna Dci 110 ch FAP en donne un parfait exemple. Cette berline bénéficie d’une monte en Michelin Energy Saver dans la dimension 205/60 R 16. «Grâce à ce choix, nous avons franchi le seuil fatidique des 120g de CO2 par kilomètre : cela s’est joué à 1 g près, précise Bernard Dumondel, chargé des véhicules électriques à la direction des prestations clients. Nous avons donc renoncé à monter les pneus de 18 pouces que nous lui destinions au départ.»