Pneus verts, économie de carburant, émissions de CO2 - Salon de Genève : la chasse au CO2 est lancée
Center

Salon de Genève : la chasse au CO2 est lancée

Environnement Publié le 12/03/10 par Laurent

Il était difficile cette année d’ignorer le vert en arpentant les stands du salon de Genève. Une édition 2010 délibérément placée sous le signe de l’environnement avec un seul mot d’ordre, afficher le plus faible taux de rejet de CO2.

Le nouveau pneu Pirelli Scorpion Verde Crédits photo © : Pirelli

Un label « vert »

Pas une marque ne manquait à l’appel sur la liste des « éco-constructeurs ». La voiture propre était bien l’invitée d’honneur de la 80ème édition du salon international de Genève. Qu’elles soient Econetic, Greenline, Bluemotion ou Airdream, aucun modèle n’échappait à la vague verte qui apparaît comme une constante chez tous les constructeurs automobiles de la planète. Un effet de mode jusqu’à il y a peu, qui s’est transformé en nécessité économique pour les constructeurs qui prévoient, dans les dix prochaines années, une augmentation conséquente de vente de voitures hybrides ou électriques. Les experts du marché automobile estiment qu’en 2020 les véhicules fonctionnant au moyen d’une énergie de substitution représenteront 10% des immatriculations de voitures neuves.

Concept Hybride de Ferrari HY-KersCrédits photo © : Rezulteo
Et, cette vague verte touche toutes les marques et tous les modèles de véhicules, de la petite citadine jusqu’aux voitures Ultra Haute performance, chez Ferrari et Porsche notamment, qui proposaient leurs concepts hybrides HY-Kers et la 918 Spyder.

 

Du vert sur tous les segments

Toutes les technologies sont représentées comme le système Stop&Start initié par Valeo et PSA (le moteur se met automatiquement en veille dès que le véhicule s’immobilise). Les procédés KERS de récupération d’énergie au freinage séduisent de plus en plus de constructeurs (lors d’un freinage, une importante quantité d’énergie est perdue, ce système permet de récupérer cette énergie et d’alimenter un moteur électrique, comme la nouvelle Ferrari 599 HY-KERS Concept). On pourrait citer également, les panneaux solaires, les boites de vitesses à 8 rapports et les pneus verts.

Citroën C-Zero au Salon de GenèveCrédits photo © : rezulteo
Difficile à partir de cela d’établir un palmarès de la « voiture propre » tant l’offre apparaît abondante chez l’ensemble des constructeurs automobiles. Seuls mots d’ordre communs à tous et au centre de leur stratégie commerciale : diminuer la consommation de carburant et donc limiter la quantité de rejet en CO2 avec les hybrides et les supprimer avec les voitures électriques. On pourrait citer, l’Opel Ampéra qui associe un moteur électrique à un petit moteur thermique et qui offre une autonomie de 500 km, ou la Citroën C-Zero et son moteur de 47 kW qui revendique une vitesse maximale de 130 km/h et
Audi A8 Hybrid au Salon de GenèveCrédits photo © :
une autonomie de 130 km. En bonne place également, la dernière née 100% électrique de Peugeot, la iOn, petite citadine quatre portes et quatre places, rechargeable en six heures sur une prise classique de 220 volts. Audi n’est pas en reste avec la version électrique de la nouvelle Audi A1 (Audi A1 e-tron) et sur le haut de gamme avec l’A8 Hybrid et son moteur de 33kW associé au 2,0l TSI de 211 ch.

 

Du rêve à la réalité

Il convient toutefois de relativiser ce phénomène « vert » dans la mesure où, sur la soixantaine de modèles proposés, seul une douzaine seront réellement commercialisés dans le courant de l’année. Il n’est pas dit que de tous ces concept-cars ou prototypes sortiront forcément les voitures de demain. Le salon de Genève affichait de belles intentions et des concepts « propres » intéressants. Gageons que ce ne soit pas simplement un effet d’annonce et que cette volonté se traduise très prochainement par une offre plus généreuse sur le marché de la voiture propre.