L'étiquetage européen des pneumatiques - Bientôt un étiquetage sur les performances des pneus

Bientôt un étiquetage sur les performances des pneus

Etiquetage pneus Publié le 14/12/11 par Marc David

A partir de novembre 2012, les pneus devront être vendus accompagnés d’une étiquette renseignant le client sur leurs performances. Les critères retenus : la sécurité, la consommation et le niveau sonore. Un contexte favorable au pneu vert.

Etiquetage européen des pneus Crédits photo © : DR

Le consommateur va pouvoir enfin choisir ses pneus en connaissance de cause. Après un vote du parlement européen en avril 2009, une nouvelle législation devrait s’appliquer à la vente des pneus à compter du 1er novembre 2012.
 

Les trois critères retenus

Le dispositif prévoit que les pneus devront être vendus accompagnés d’une étiquette renseignant sur trois critères :

La contribution du pneu aux économies de carburant ;
Le niveau de freinage sur sol mouillé ;
Le niveau sonore des pneus.

 

La réglementation s’appliquera aux pneumatiques pour voitures, utilitaires légers et poids lourds fabriqués à partir de juillet 2012. Il s’agira d’une reconnaissance officielle du niveau de performance du produit.

Prototype d’étiquetage pneuCrédits photo © : All rights reserved

L'étiquette de performance

Comment se présentera cette étiquette ? Une lettre associée à une couleur permettra d’évaluer les deux premiers critères : efficacité énergétique et freinage sur sol mouillé. La gradation sera la suivante : de la meilleure performance (classe verte « A ») à la moins bonne (classe rouge « G »).

Quant au niveau de bruit du roulement externe, il sera indiqué en décibels (un pneu silencieux doit émettre moins de 68 db) et par le nombre croissant d’ondes émises par un haut-parleur. 

Un aiguillon pour les manufacturiers

Un des effets de cette mesure est l’accélération de l’innovation chez les manufacturiers. Ceux-ci se mettent en ordre de bataille pour mettre à jour leurs gammes de façon à obtenir un maximum de bonnes notes quand l’étiquetage se mettra en place.

Leurs efforts portent en particulier sur la réduction de la résistance au roulement, responsable à elle seule de 20% environ de la consommation de carburant.
 

Des points à éclaircir

«C’est une démarche importante, indique Vincent Marquis, responsable des produits tourisme et des relations publiques de Continental France. C’est la première fois qu’une information précise portant sur trois critères va être rendue publique.»

 

Vincent Marquis ContinentalCrédits photo © : All Rights Reserved
Seul bémol : si la classification donne une idée du niveau de performances du produit, le gain d’une classe par rapport à l’autre ne sera pas précisé. «Or, précise Vincent Marquis, entre une catégorie B et une catégorie C, les distances de freinage sont supérieures à 5 m.»

Si le consommateur veut en savoir plus, il devra donc se tourner vers le livret technique qui sera mis à disposition du prescripteur par la Commission européenne.


Pascal Couasnon MichelinCrédits photo © : All Rights Reserved
«Michelin est en phase avec le futur étiquetage européen, mais regrette que le dispositif ne prenne pas en compte la longévité»

Pascal Couasnon, directeur de l’information technique du groupe Michelin.

«Nous sommes en phase avec l’étiquetage des performances des pneus. D’abord, il facilite le choix du consommateur. Ensuite, il va tirer les performances vers le haut. Un tiers des pneus actuellement commercialisés seraient recalés si on se réfère aux critères de performances retenus par l’Union européenne. Nous savons qu’il sera difficile d’obtenir le AA qui récompensera les meilleurs produits. On peut supposer que le cœur du marché débutera aux niveaux B et C.

Une limite toutefois : l’étiquetage ne prendra pas en compte la longévité. Cela ne nous empêchera pas de continuer à travailler cette performance et à réfléchir à la meilleure manière d’en informer le consommateur.»