L'étiquetage européen des pneumatiques - L’étiquetage des pneus hors de l’Europe
Center

L’étiquetage des pneus hors de l’Europe

Etiquetage pneus Publié le 23/11/12 par Julien

A ce jour, seuls le Japon et la Corée ont déjà adopté l’étiquetage des pneumatiques. Mais d’autres pays comme les Etats-Unis ou le Brésil devraient bientôt en faire autant. Critères, échelles, étiquette : tour d’horizon des différents dispositifs.

L'étiquetage hors d'Europe Crédits photo © : All Rights Reserved


L’Union européenne n’est pas la première à lancer une étiquette de performance pour les pneus. Dès 2010, le Japon a introduit un étiquetage des pneumatiques sur la base du volontariat. La Corée l’a suivi en 2011 et a rendu le dispositif obligatoire en novembre 2012, en même temps que les pays de l’Union européenne. L’étiquette a séduit d’autres grands pays du monde. Les États-Unis peaufinent leur système qui devrait voir le jour prochainement, tandis que la Chine et le Brésil ont lancé leur propre programme de recherche sur le sujet.

 

L’étiquetage des pneus au Japon

L’étiquetage japonais n’est pas foncièrement différent du dispositif européen. Il porte seulement sur deux critères : le freinage sur sol mouillé et la résistance au roulement (directement corrélée à la consommation de carburant).

L’échelle de la résistance au roulement compte 5 classes

AAA

AA

A

B

C


L’échelle du freinage sur sol mouillé compte 4 classes

a

b

c

d


Pour qu’un pneu ait le label « bonne efficacité énergétique » (ci-dessous), il doit être classé au moins A pour la résistance au roulement.


Exemple de pneu efficace en énergie :

Etiquette Pneu au JaponCrédits photo © : All Rights Reserved

Avec une note de AA pour la résistance au roulement et de C pour le freinage sur sol mouillé, ce pneu arborer le picto « bonne efficacité énergétique ».

Le Japon prévoit un durcissement de cette échelle en 2016. Les pneus étant responsables de 20% environ de la consommation de carburant – et des émissions de CO2 correspondantes – le gouvernement souhaite utiliser au mieux se levier pour atteindre les objectifs environnementaux qu’il s’est fixés.

 

L’étiquetage des pneus en Corée du Sud

La Corée du Sud, qui exporte près de 30% de sa production en Europe avec des marques comme Hankook, Kumho ou Nexen, a décidé de suivre l’exemple de l’Union européenne (UE). Après avoir lancé un étiquetage des pneumatiques sur la base du volontariat en 2011, le gouvernement a décidé de rendre le dispositif obligatoire en novembre 2012, en même temps que les pays de l’UE.

Etiquette sur pneu en Corée du SudCrédits photo © : All Rights Reserved
Comme le Japon, la Corée ne prend en compte que deux critères : l’efficacité énergétique et le freinage sur sol mouillé. Mais son étiquette accorde plus d’importance à la première qu’au second. Les échelles sont simples : 5 classes (de 1 à 5) pour les deux critères.

En Corée du Sud, l’étiquetage s’applique à tous les pneus vendus. Sur les pneus de remplacement, l’étiquette doit figurer directement sur la bande de roulement. Pour les pneus de « première monte » (qui équipent les véhicules neufs), l’information sur les performances des pneus doit figurer dans le manuel.

 

L’étiquetage des pneus aux Etats-Unis

Bien qu’aucune décision sur sa mise en place n’ait été prise, l’administration américaine a déjà beaucoup travaillé sur l’étiquetage des pneumatiques. Après avoir mené des études et des consultations, la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) a proposé un modèle d’étiquette qui semble satisfaire les différentes parties prenantes du projet.

Etiquette sur pneu aux Etats-UnisCrédits photo © : All Rights Reserved
L’étiquette américaine prend en compte trois facteurs : l’efficacité énergétique, le freinage sur sol mouillé et la longévité kilométrique. L’échelle (base 100 pour la meilleure performance) est la même pour les trois critères. La prise en compte de l’usure aux Etats-Unis pourrait à l’avenir influencer les dispositifs des autres pays du monde.