L'étiquetage européen des pneumatiques - Seuls 8% des automobilistes connaissent les trois critères de l'étiquetage
Center

Seuls 8% des automobilistes connaissent les trois critères de l'étiquetage

Etiquetage pneus Publié le 14/11/13 par Julien

L'étiquetage des pneumatiques est devenu obligatoire en Europe. Pour autant, est-ce que les consommateurs européens ont totalement intégré cette nouveauté lors de leurs achats ? Dans une nouvelle étude Rezulteo en collaboration avec Ipsos, on observe que cet étiquetage est mieux connu qu'avant, mais qu'il ne représente pas encore un critère d'achat déterminant pour le consommateur qui préfère s'en remettre d'abord au prix du produit et aux conseils des spécialistes de la vente.

Enquête labelling 2013 L'étiquette des performances d'un pneu : pas encore un critère d'achat déterminant ! - Crédits photo © : rezulteo

Cela fait maintenant un an que l'étiquetage est devenu obligatoire pour les pneumatiques en vente au sein des pays de l'Union européenne. Un mois avant l'entrée en vigueur de cette obligation d'étiquetage, Rezulteo avait déjà lancé une étude pour analyser le niveau de connaissance des consommateurs européens vis à vis de cette mesure. A l'époque, 80% des personnes interrogées ignoraient cette mesure, mais 80% d'entre elles pensaient qu'il s'agissait d'une bonne idée.

Qu'en est-il aujourd'hui, alors que l'étiquetage pneumatique est devenu obligatoire depuis un an ? Pour le savoir, Rezulteo a donc mené une nouvelle étude pour analyser les connaissances et le comportement d'achat des consommateurs européens en matière de pneumatique. Réalisée il y a quelques semaines, l'étude a été effectuée sur des conducteurs de nationalité Italienne, française, allemande, espagnole et anglaise, réalisant eux-mêmes l'entretien de leur véhicule.

Cette étude livre des résultats contrastés : certes, les consommateurs sont plus nombreux à connaître l'étiquetage pneumatique, mais ils sont encore rares à s'en servir lorsqu'ils achètent des pneumatiques. C'est particulièrement notable sur les consommateurs allemands et britanniques. Dans la majorité des cas, le consommateur se fie prioritairement au prix du pneumatique et aux conseils du vendeur. L'analyse de l'étiquette du pneu est un critère nettement moins important pour lui.

Douze mois après la généralisation de l'étiquetage pneumatique en Europe, le consommateur semble être encore trop peu informé. Il reste encore du travail pour le sensibiliser à des paramètres qui sont d'une importance évidente, que ce soit en matière de protection de l’environnement (consommation) ou de sécurité. Surtout en ces temps où l'offre proposée par les manufacturiers pneumatiques est plus vaste que jamais.

 

Les 8 chiffres clés de l’étude 


> Connaissance et assimilation de l’étiquetage
 

1. Les consommateurs européens sont plus nombreux à le connaître…

36% des personnes interrogées ont déjà entendu parler de cette norme obligatoire, alors qu'ils n'étaient que 22% il y a un an. A noter que les Britanniques sont les moins au courant de tous, sans doute en raison d'un comportement particulièrement passif en matière d'entretien de leur véhicule. De façon logique, les personnes ayant acheté des pneumatiques récemment sont plus au courant (46%) et pour 52% d'entre eux, ils ont découvert cette norme seulement pendant l'achat.

 

2. … et comprennent son intérêt…

72% des répondants se disent pour l'étiquetage pneumatique. A noter que selon le pays, ils peuvent être plus ou moins convaincus : ce pourcentage monte à 87% en Italie, et à 83% en Espagne. Les Allemands et les Britanniques sont un peu moins réceptifs (56%), les Français encore un peu moins.

 

3. … mais ils ne le connaissent pas dans le détail

8% des répondants savent quels sont les trois critères visés par l'étiquetage pneumatique. Pour deux de ces critères (le freinage sur sol mouillé et la résistance au roulement), ils arrivent à les citer très facilement. Mais c'est beaucoup plus compliqué pour le troisième critère de l'étiquetage, celui du bruit de roulement externe. A sa place, ils imaginent aussi bien le freinage sur sol sec, le niveau d’adhérence sur sol mouillé ou la longévité du pneumatique. Dans l'ensemble, c'est quand même mieux avec 21% de bonnes réponses sur ce troisième critère, contre 13% en 2012. A noter que les Allemands sont les plus au courant.

 

4. Le freinage sur sol mouillé, point le plus important

85% des personnes considèrent que le freinage sur sol mouillé est le paramètre le pus important dans ces mesures de l'étiquetage. Vient ensuite celui de la résistance au roulement (13%) puis celui du bruit de roulement externe (3%). Et s'ils devaient rajouter un quatrième critère obligatoirement mentionné par l'étiquette, ce serait la longévité du pneumatique pour 67% d'entre eux. 


> Effets de l’étiquetage sur le comportement d’achat 

5. Les nouveaux acheteurs commencent à s'y intéresser de près…

38% des consommateurs qui ont récemment acheté des pneumatiques s'y sont intéressés. Pour 11% d'entre eux, c'était même un paramètre important (pour les 27% restant, moins). Mais parmi ces personnes, les résultats sont assez hétérogènes selon leur nationalité. Les Espagnols sont les plus attentifs (50%), devant les Italiens (48%), puis les Français (33%), les Allemands (32%) et les Britanniques (26%).  


6. … et trouvent l'étiquetage clair et compréhensible

73% de ces acheteurs (87% en France, 75% en Allemagne, 65% en Italie) n'ont pas besoin de demander à des spécialistes comment interpréter ces critères. Ils trouvent l'étiquetage suffisamment clair pour l’interpréter de façon autonome.

 

7. … mais le prix reste l’élément le plus important

56% des consommateurs récents qui ont étudié cet étiquetage préféraient d'abord se fixer un chiffre approximatif pour le prix d'achat. Ils ne prenaient en considération les mesures de l'étiquette qu'après avoir déterminé le prix qu'ils voulaient mettre dans le produit. Leur comportement est d'ailleurs contradictoire puisque même en plaçant la sécurité comme le premier critère d'achat (51%) devant le prix (23%), ils ont plutôt tendance à mesurer le rapport qualité/prix au moment d'acheter. Pour la plupart d'entre eux, ils ne sont donc pas prêts à mettre le prix le plus fort pour obtenir le meilleur niveau de sécurité possible.

 

8. … et préfèrent écouter le vendeur

80% des acheteurs récents dont le choix n'était pas déterminé avant d'arriver au magasin ont demandé l'avis du vendeur. Et pour 97% d'entre eux, ils ont suivi cet avis du vendeur. Ce dernier reste donc le plus influent pour les consommateurs européens en matière d'achat pneumatique. C'est particulièrement vrai en Espagne ou 87% des acheteurs demandent l'avis du vendeur.

 

L’étude a été réalisée par l'institut Ipsos entre le 23 septembre et le 08 octobre 2013 auprès d’un échantillon représentatif de 3 402 répondants en France, Allemagne, Italie, Espagne et au Royaume-Uni, sur une population âgée de 18 ans et plus en charge de l'entretien d’au moins un véhicule du foyer.

Lire aussi

>> Consulter les résultats de l’enquête sous forme d'infographie