Conception et fabrication des pneus - La fabrication du pneu
Center

La fabrication du pneu

Pneu et technologie

Il n’en a pas l’air, mais le pneu est un produit de haute technologie, et pas simplement un objet moulé.

Pneus à la chaîne Le pneu, un produit fabriqué de façon très technique ! - Crédits photo © : iStockphoto.com/rezulteo.com

Le pneu est un assemblage complexe de nombreux composants : jusqu’à 200 ! Sa fabrication nécessite une grande variété de matières premières : gommes naturelles et synthétiques, câbles métalliques, fibres textiles et adjuvants divers.

 

Le mélange des gommes

La fabrication d’un pneu met en œuvre plus de 30 sortes de caoutchoucs naturels et synthétiques ayant chacun leurs spécificités. Ils sont mélangés dans d’énormes malaxeurs jusqu’à obtenir une pâte lisse et homogène. L’assemblage des différents mélanges de gommes déterminera les qualités du pneu en termes de souplesse, d’adhérence ou de résistance.

 

L’assemblage des éléments

La phase d’assemblage s’effectue sur un tambour rotatif qui va recevoir les différentes couches de matériaux. En voici les grandes étapes.

Pose de la feuille étanche

  Le premier élément appliqué sur le tambour est une feuille de caoutchouc synthétique étanche à l’air. Elle remplace la chambre à air dans les pneus modernes.

Pose de la nappe carcasse

 On ajoute une trame de câbles textiles ou métalliques enrobés de caoutchouc. Cette trame formera une armature rayonnante autour du pneu. C’est la carcasse radiale.

Pose des tringles

 On met en place deux cerceaux de câbles métalliques de part et d’autre du pneu. Ce sont les tringles. Elles maintiennent le pneu sur la jante tout en assurant son étanchéité. La nappe carcasse est ensuite repliée sur les tringles pour assurer son ancrage.

Pose des flancs

D’autres bandes sont ajoutées. Notamment les flancs, en gomme souple et résistante, qui absorbent les déformations du pneu et les protègent des chocs latéraux. Ils reçoivent aussi les marquages.

Mise en forme du pneu

 On donne ensuite forme au pneu en gonflant la partie centrale du tambour.

Renforcement du sommet

 Puis on applique deux nappes au sommet du pneu. Armées de fils métalliques disposés obliquement, elles forment avec la nappe carcasse un réseau de triangles indéformables.

Pose de la bande de roulement

On pose enfin la bande de roulement, la partie du pneu en contact avec le sol.

 

La vulcanisation

Le pneu cru est alors placé dans un moule de cuisson, dont les parois ont été gravées pour reproduire sur le pneu la sculpture et les marquages. Au centre du moule, une membrane remplie d’eau chaude sous pression repousse la matière, encore malléable, contre les parois. Sous l’effet de la chaleur, la cuisson commence. L’élévation de température de 150° entraîne un phénomène de vulcanisation du caoutchouc : le soufre, incorporé au mélange de gomme, forme des liaisons entre les chaînes de polymères. Il passe ainsi de l’état plastique à l’état élastique.

 

Le contrôle

A la sortie du moule de cuisson, le pneu est contrôlé. La détection des défauts est effectuée soit par des inspecteurs, soit par une machine spécialisée. Des pneus sont aussi prélevés au hasard dans la ligne de production et passés aux rayons X. Si un pneu présente le moindre défaut, même une légère imperfection, il est rejeté.

Source : Film Michelin "La fabrication du pneu"


Le pneu en chiffres

1,1 milliard : production mondiale de pneus « tourisme » (2008).

127 milliards : valeur en dollars du marché mondial du pneumatique (2007).

72% : part du marché de remplacement.

49% : part de marché consolidée des 3 leaders – Michelin, Bridgestone et Goodyear.

(Sources : Tire Business, Michelin Factbook)