Evénements organisés par les manufacturiers de pneus - ContiSportContact 5 : essais sur Mini Cooper S JCW, BMW 135i et Audi TT RS
Center

ContiSportContact 5 : essais sur Mini Cooper S JCW, BMW 135i et Audi TT RS

Manufacturiers Publié le 04/05/11 par Julien Taillandier

Nous avons pu tester le pneu sportif de Continental sur le circuit de Portimao au Portugal au volant d’une traction, d’une propulsion et d’une transmission intégrale. Verdict : dans les trois cas de figure, le ContiSportContact 5 s’en sort avec les honneurs.

Voitures pour le test du ContiSportContact 5 Crédits photo © : rezulteo

Le ContiSportContact 5 est l’une des stars de l’année 2011. Nous avions pu l’essayer rapidement en décembre dernier lors de la présentation du pneu à Porto, au Portugal. Nous étions impatient de l’essayer sur un circuit pour prendre la mesure de ses performances sportives. Continental a exaucé notre souhait en nous proposant une journée de tests sur le circuit de Portimão, dans la région de l’Algarve au sud du Portugal, au volant de véhicules musclés.

 

Le circuit de Portimao : un tracé exigeant

En organisant ses essais sur le circuit réputé de Portimão, Continental a délibérément opté pour la difficulté. En effet, cette piste de 4,7 km offre un tracé exigeant en raison de son relief important et de la variété de ses virages, dont certains d’ailleurs sont aveugles. Autant dire que le ContiSportContact 5 a été soumis à rude épreuve !

 

Les voitures : tractions, propulsions et 4 roues motrices

Voitures avant le départ : course test, ContiSportContact 5Crédits photo © : Continental
Pour étrenner le ContiSportContact 5, Continental avait mis à notre disposition un parc automobile des plus séduisants :  
Fiat 500 Abarth Essesse
Mini Cooper S John Cooper Works
Peugeot RCZ
Golf 6 R
Audi TTRS
BMW 135i
Volvo S60 T6


Essai 1 : le ContiSportContact 5 à l’épreuve d’une traction avant

> Mini Cooper S John Cooper Works - 211 chevaux
> 205/45 R 17 W XL


Course test, Continental Sport Contact 5Crédits photo © : Continental

Dans sa livrée JCW, la Mini est parfaite pour prendre la mesure du niveau de performances du ContiSportContact 5. Dotée d’un châssis particulièrement rigide, elle offre un comportement précis, même si l’impétuosité de sa mécanique déborde parfois les capacités du train avant.

Les premiers tours de circuit permettent immédiatement d’apprécier  le caractère sportif du ContiSportContact 5. Très directif, le pneu autorise des corrections mesurées au volant. Le freinage en bout de ligne droite, où l’on atteint pratiquement 200 km/h, met en évidence la rigueur du pneu. Celui-ci mord franchement l’asphalte, permettant ensuite de se jeter dans une courbe rapide sans que le train arrière ne se dérobe.

On regrettera juste un léger manque de motricité en sortie de virage sur le deuxième rapport, lorsque le turbo se met en charge. Mais ne blâmons pas les pneus Continental : ce désagrément est davantage lié à l’absence d’un véritable autobloquant mécanique qu’à la qualité des gommes.

 

Essai 2 : le ContiSportContact 5 à l’épreuve d’une propulsion

> BMW 135i - 306 chevaux
> 205/50 R 17 à l’avant, 225 45 R 17 à l’arrière


BMW Course test, Continental Sport Contact 5Crédits photo © : rezulteo

La BMW 135i est une propulsion dans la plus pure tradition BMW. Dotée d’une mécanique 6 cylindres biturbo développant plus de 300 chevaux, elle offre des performances plus impressionnantes que sa robe sage le suggère.

Les premiers tours de roues révèlent un bon équilibre entre les pneus et la monture. Une fois l’assistance électronique déconnectée, on peut s’autoriser une conduite plus agressive. Par exemple, en chargeant le train avant dans l’entrée des courbes pour limiter le risque de sous-virage. Dans cette situation, le ContiSportContact 5 réagit avec une rigueur qui permet d’inscrire la voiture sur le point de corde sans que celle-ci ne bronche.

Autre cas de figure : les sorties de virage avec le pied lourd permettent d’amorcer des glisses parfaitement maîtrisées grâce à une limite d’adhérence facile à cerner.

Les tours s’enchaînent à une grosse cadence sans que le niveau d’adhérence du pneu diminue. Pas de miracle toutefois au niveau de l’usure : la voiture est lourde et puissante, le revêtement est abrasif et notre style de conduite… pas vraiment académique.

Un regret : nous aurions volontiers profité de la monte optionnelle proposée par BMW (215 40 R18/245 35 R 18), plus adaptée au circuit et qui aurait en outre offert plus de stabilité dans les sections rapides où l’auto avait tendance à louvoyer.

 

Essai 3 : le ContiSportContact 5 à l’épreuve de la transmission intégrale

> Audi TT RS - 340 chevaux
> 245/40 R 18

Course test, Continental Sport Contact 5Crédits photo © : Continental

De son moteur 5 cylindres turbo, l’Audi TT RS laisse s’échapper des vocalises dans la plus pure tradition des Audi Quattro Groupe B d’antan. L’architecture 4 roues motrices n’est pas forcément la plus adaptée à un circuit sur sol sec. En effet, sur un véhicule de tourisme, la transmission intégrale génère souvent un léger sous-virage au placement et un surplus de poids significatif.

Une Audi TT RS se conduit avec fermeté. Il ne faut pas hésiter à la brusquer pour le placer. Ce style de conduite n’inquiète pas le ContiSportContact 5 qui s’accommode gaillardement des vibreurs, virages fumants et autres « freinages de trappeur » que nous lui infligeons. Il tendrait presque à faire disparaître le léger flou caractéristique du train avant de l’Audi TT RS.

 

Bilan : un pneu de route au vrai tempérament sportif

Bien qu’il reste un pneu routier, le ContiSportContact 5 sort avec les honneurs du test de pilotage sur circuit. Il fait aussi preuve d’une belle endurance compte tenu du régime auquel nous l’avons soumis. Bref, c’est indéniablement un pneu sportif hautes performances.

Nous guettons à présent les résultats des tests qui seront bientôt réalisés par des organismes officiels afin de voir comment le ContiSportContact 5 se positionnera par rapport à ses concurrents : les Michelin Pilot Sport 3Goodyear Eagle F1 Asymmetric 2 ou Pirelli P Zero.

Lire aussi :
Continental ContiSportContact 5 : une vocation sportive affirmée
Continental ContSportContact 5 : les avancées des la technologie Black  Chilli