Evénements organisés par les manufacturiers de pneus - Le sport automobile, un laboratoire pour les pneus de route
Center

Le sport automobile, un laboratoire pour les pneus de route

Manufacturiers Publié le 08/04/14 par Cédric Pinatel

Pour un manufacturier pneumatique, le sport automobile est un outil de communication extraordinaire. C'est aussi un bon moyen de réaliser certaines expériences et de développer un grand nombre de technologies qui trouvent leur chemin sur les pneus de grande production.

Porsche roulant sur circuit Le sport automobile, un laboratoire pour la course à la performance pneumatique - Crédits photo © : Michelin

Bon pour l'image...

Quand on est un manufacturier pneumatique et qu'on veut soigner son image auprès du grand public et des consommateurs, l'engagement en sport automobile est le meilleur plan marketing possible. A condition de travailler sérieusement et d'obtenir de bons résultats en course, c'est un argument en or massif pour prouver l'efficacité et les performances des pneus d'une marque. Ca vaut pour les pneus hautes performances de voitures de sport, mais sans oublier les produits à la vocation plus classique qui bénéficieront aussi de cette bonne image obtenue. Quand on vend des millions de pneus dans le monde, mieux vaut passer pour un champion de la gomme en ayant fait ses preuves en compétition. Que ce soit Michelin, Pirelli, Dunlop, Goodyear, Continental ou Bridgestone, la plupart des grands groupes du marché sont de toute façon engagés en sport automobile à des niveaux différents. Et à chaque fois, les communicants de la marque pointent les liens étroits entre pneus de compétition et pneus de route pour prouver leur valeur au client lambda, chez qui l'assimilation de la marque et de ses performances sportives aura certainement une portée au moment de l'achat de nouveaux pneus pour sa voiture.

Stand pneu MichelinCrédits photo © : rezulteo

...Mais pas que

Au-delà des beaux discours fréquemment entonnés par ces nombreux manufacturiers engagés en sport automobile, la compétition est réellement un laboratoire de développement pour les pneus de route. Et ce, à bien des niveaux. Certes, les pneus utilisés en course par un prototype aux 24 Heures du Mans, une Formule 1, une voiture de rallye ou une GT dans une course sprint n'ont rien à voir en matière de performances, de contraintes et de coûts avec un pneu de voiture de route. Ce dernier doit durer plusieurs dizaines de milliers de kilomètres, rouler sur le sec comme sous la pluie et sur tous les types de bitume ou presque. Il doit également rester accessible financièrement, même sur des voitures de sport très performantes. Mais la course reste un terrain d'essai extrêmement intéressant pour tester de très nombreux paramètres pouvant cheminer jusqu'au monde de la grande production.


Un transfert technologique direct

Lors de chaque course automobile, le manufacturier étudie et met à l'épreuve de nouveaux choix de matières, procédés de fabrication et autres paris technologiques pour réussir à présenter le meilleur niveau d'efficacité possible sur la piste. Et comme le confirment les spécialistes en compétition des manufacturiers de référence comme Michelin et Pirelli, il y a bien un transfert de technologie direct entre le pneu de course et celui de route. Cet héritage de la compétition se retrouve à quatre niveaux importants qui sont le profil du pneu, sa structure, le choix des matériaux et la sculpture de la gomme... même si ce dernier point ne concerne pas les pneus « slick » utilisés lorsque la piste est sèche par une grande catégorie de voitures de course (Formule 1, GT, prototypes des 24 Heures du Mans, monoplace, etc.). Les recherches effectuées par le manufacturier pour améliorer les résultats en course ont donc une influence directe sur les pneus de route vendus dans le commerce, a fortiori pour des produits à très hautes performances montés sur des voitures de sport. Un pneu de course et un produit pour la route évoluent dans deux mondes de performances bien différents. 


A chaque catégorie ses apports

Pneu de voiture de courseCrédits photo © : Michelin
Toutes les disciplines du sport automobile ne se valent pas en matière d'apport sur les pneus de route mais elles se complètent. Les 24 Heures du Mans permettent de travailler sur la durée de vie du pneumatique et sur la constance de ses performances. Le rallye permet de travailler sur la robustesse du pneumatique en conditions difficiles : c'est l'une des rares disciplines qui se court sur route ouverte et non pas sur circuit, ce qui permet de se confronter à des profils de route réels et non pas à du bitume de circuit qu'on ne rencontre pas dans la vie de tous les jours. Compte tenu des terrains parfois très cassants, c'est aussi un bon moyen d'améliorer des pneus tout-terrain. Enfin, certaines disciplines nouvelles où les moteurs sont électriques peuvent aider à optimiser au mieux la résistance au roulement et l'efficacité énergétique de la gomme. Certains championnats comme la Formula E imposent d'ailleurs le recours à des gommes rainurées et non pas « slick » pour le sec, ce qui permet également de travailler sur un profil de pneu beaucoup plus proche de la série. Quant aux disciplines dites de « compétition client », elles jouent sur la facilité de pilotage de la gomme, conçue différemment par rapport à un produit plus pointu réservé à la Formule 1 ou aux prototypes d'usine aux 24 Heures du Mans. Et même dans une discipline aussi particulière que la Formule 1 où les capacités du pneumatique sont extrêmement éloignées d'un pneu de route, le fait de travailler sur des contraintes de performances les plus radicales possible participe à la découverte de nouveaux axes de développement.


Une influence jusqu'au pneu économique

Il est évidemment facile d'imaginer que les premiers pneus de route à bénéficier de ces développements en sport automobile sont ceux des voitures de sport, pour lesquels les contraintes en matière de performance pure sont les plus importantes. C'est vrai, mais même les gammes plus économiques profitent de certains enseignements de la compétition. Notamment en matière de résistance au roulement ou pour certains mélanges de gomme. Les dosages de silice et le travail sur la structure et son câblage sont eux aussi impactés par les recherches conduites dans certaines catégories de compétitions automobiles. Bref, dans tous les cas, la course est bénéfique pour vos pneus de route !