Evénements organisés par les manufacturiers de pneus - PZero Experience : essai de la BMW M6
Center

PZero Experience : essai de la BMW M6

Manufacturiers Publié le 29/10/10 par Julien

Durant les Pzero Experience, notre première mission fut d’emmener une Lotus Evora sur le circuit Paul-Ricard. La deuxième fut d’y retourner mais au volant d’une BMW M6, une sportive aux caractéristiques impressionnantes et chaussée de pneus Pirelli Pzero Corsa.

Avec sa peinture Frozen Grey métallisé la BMW M6 édition compétition impressionne. Ses lignes signées Chris Bangle sont toujours aussi décalées, et renvoient une indéniable impression de virilité et de sport chic. Les 4 sorties d’échappements laissent s’échapper un râle sourd, et la monte pneumatique impose le respect. Ce coupé généreux est posé sur des pneus Pzero Corsa en 255/40x19 sur le train avant, et 285/35x19 sur le train arrière.

Une monte parfaitement cohérente avec l’incroyable moteur dont elle bénéficie. Un bloc V10 5l d’une puissance de 507 chevaux que l’on retrouve aussi sous le capot la M5. Et même si le poids frise l’indécence (presque 1800 kilos !), la M6 offre des performances de supercars avec la barre du 1000 mètres départ/arrêté avalée en 22,7 secondes.

Cet essai est particulièrement intéressant car après la Lotus Evora, il nous permet d’appréhender la piste avec une auto aux caractéristiques radicalement différentes et d’apprécier le travail des pneus Pirelli avec des contraintes encore plus importantes.

Les premiers tours de roue se font avec prudence, le temps de s’habituer à une mécanique qui pousse comme une brute, associée à des manières relativement policées. A plus de 240 km/h au bout de la ligne droite des stands, les freinages sont puissants et les pneus semblent littéralement rentrer dans le sol.

Cette allemande frôle les 2 tonnes ? Objectivement à son volant cela est imperceptible, le moteur tracte fort, avec les palettes au volant les rapports s’enchainent de manière brutale, et le comportement est léger et précis. Les pneus Pirelli ont pourtant du pain sur la planche, car avec des telles caractéristiques et sur un circuit aussi exigeant, les contraintes sont énormes. Surtout que les cessions durent plus de 30 minutes.. redoutable pour les pneus.. qui restent toutefois parfaitement constant en encaissant sans broncher cette séance de torture.

Au volant de cette auto tout semble facile, et discuter le bout de gras avec Porsche et Ferrari n’est qu’une formalité. Au bout de quelques tours, les repères et la confiance aidant on pousse les pneus dans leurs retranchements, on retarde les freinages, on force les appuis, et on sort des certains virages en glisse. Le virage du pont est particulièrement indiqué pour ce genre d’exercice.

On rentre dans les stands, le tour de manège est terminé.  Une vague odeur de freins et de pneus envahie l’habitacle accompagnée par les inévitables « cling-cling » émit par la mécanique. L’impression globale est très positive. Avec les pneus Pzero Corsa la M6 offre une compétitivité sur circuit insoupçonnée, et distille un plaisir de conduite bien surprenant.