Pneus hiver : conseils pratiques pour rouler en toute sécurité - Pneu été vs pneu hiver : le test sur neige par Michelin
Center

Pneu été vs pneu hiver : le test sur neige par Michelin

Pneus hiver Publié le 13/02/13 par Julien

Saviez-vous que si vous roulez avec des pneus été à 40 km/h sur une route enneigée, il vous faudra deux fois plus de distance pour vous arrêter qu’avec des pneus hiver ? Rezulteo l’a vérifié en participant à des tests organisés par Michelin sur le circuit de Val-d’Isère, en Savoie.

Test sur neige par Michelin : Pneus été vs pneus hiver Crédits photo © : Rezulteo


Quelques rappels, pour commencer :

  • Pneu neige ou pneu hiver ? Même si le vocable « pneu hiver » commence à entrer dans les mœurs, nombreux sont ceux qui parlent de « pneu neige ». Pourtant, les pneus hiver ne sont pas utiles seulement quand il se met à neiger. En réalité, ils améliorent notre sécurité dès que les températures baissent. > Lire la suite 


Les qualités d’un pneu hiver sont particulièrement visibles sur routes enneigées. C’est ce que prouvent sans conteste les tests effectués par Michelin sur le circuit de Val-d’Isère, en Savoie. 

Test de freinage




  • Véhicules utilisés : Renault Mégane 3
  • Pneumatiques utilisés : Michelin Alpin 4 (pneu hiver) et Michelin Primacy 3 (pneu été)
  • Dimensions : 195 65R15 
  • Revêtement : neige tassée
  • Condition de test : voitures lancées à 40 km/h, freinage maximal à partir d’une zone balisée.



Le résultat : la distance de freinage du véhicule chaussé de pneus été est le double de celle du véhicule équipé de pneus hiver. Avec le Primacy 3, la motricité sur neige est quasi-nulle, la voiture est incapable d’avoir une tenue de cap correcte et la sécurité active est considérablement affectée. Avec l’Alpin 4, on bascule dans un autre univers. La voiture est équilibrée, efficace et sûre.

 

Test de motricité




  • Véhicules utilisés : BMW Série 1
  • Pneumatiques utilisés : Michelin Alpin 4 et Michelin Primacy 3 Dimensions : 205 55R16 
  • Revêtement : neige tassé
  • Conditions du test : départ lancé à faible vitesse sur le premier rapport et accélération progressive pour franchir une légère pente.



Le résultat : sur un véhicule à propulsion (roues arrières motrices) comme la BMW Série 1, les faiblesses d’adhérence sont très marquées. Equipée de pneus été, la BMW est pratiquement incapable de se déplacer. Chaque départ implique un savant dosage de la pédale des gaz. Aucune difficulté, en revanche, pour l’Alpin 4. Dans cet exercice, son avantage sur le Primacy 3 est flagrant.