Pneus sportifs et ultra haute performance, pneu et compétition - F1 – Grand Prix d’Abou Dhabi : la mystérieuse crevaison de Vettel
Center

F1 – Grand Prix d’Abou Dhabi : la mystérieuse crevaison de Vettel

Sport Publié le 15/11/11 par rezulteo

Pour la première fois de la saison, Sebastian Vettel (Red Bull) n’a pas fini sur le podium. Le champion du monde a dû abandonner dès le premier tour à la suite d’une crevaison. Son forfait a profité à Lewis Hamilton (Mc Laren) qui a mené une course exemplaire, résistant jusqu’au bout aux attaques de Fernando Alonso (Ferrari). Chez Pirelli, on enquête toujours pour tenter de comprendre les raisons de cette crevaison précoce.

Lewis Hamilton, vainqueur du Grand Prix de F1 d'Abou Dhabi Crédits photo © : Pirelli

La course

Comme d’habitude, le Grand Prix d’Abou Dhabi a commencé au crépuscule et s’est achevé de nuit, permettant aux pilotes et aux machines de bénéficier de températures plus clémentes qu’en plein après-midi (autour de 28°C quand même !). Sebastian Vettel (Red Bull Racing) n’égalera donc pas le record de victoires sur une saison, détenu par Michael Schumacher (13 en 2004) : il a dû abandonner dès le deuxième virage du premier tour à la suite d’une perte de pression sur son pneu arrière droite ayant entrainé des dégâts mécaniques irréparables.

La victoire revient logiquement à Lewis Hamilton (Mc Laren), qui remporte à Abou Dhabi sa troisième victoire de la saison. Le britannique a dominé la course de bout en bout, résistant vaillamment aux assauts de Fernando Alonso (Ferrari), auteur d’un départ remarqué. James Button (Mc Laren) monte sur la troisième marche du podium.

 

Les stratégies pneus

Pour couvrir les 55 tours du circuit de Yas Marina, Lewis Hamilton s’est s’arrêté deux fois aux stands , comme d'ailleurs la majorité des pilotes. Deux premiers relais en pneus tendres (PZéro Jaunes) suivis d’un passage au composé medium (PZéro Blanc). Pour tenter de dépasser le britannique au finish, Fernando Alonso a retardé de deux tours son dernier arrêt, mais la manœuvre ne lui a pas permis de prendre l’avantage.

De son côté, Mark Webber (Red Bull, 4e) a misé sur trois arrêts, ne passant en gommes medium qu'au dernier tour de course. Paul di Resta (Force India) a été le seul pilote à ne faire qu’un arrêt, passant des mediums aux tendres au 27e tour. L’Ecossais a accompli un dernier relai long de 28 tours avec les PZéro Jaunes. Il finit en 9e position.

Parti du fond de la grille, Rubens Barrichello (Williams) est remonté jusqu’à la 12e place grâce à une stratégie prévoyant deux arrêts aux stands avec un départ en gomme medium. Enfin, Kamui Kobayashi (Sauber), qui a fait les mêmes choix, entre dans les points pour la première fois en sept courses.

 

L’enquête de Pirelli

Du côté de Pirelli, on ne s’explique toujours pas les raisons de cette crevaison précoce. « Nous examinons toujours avec Red Bull Racing les restes du pneu de Sebastian Vettel afin de tenter de comprendre ce qu’il s’est passé, explique Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport. Il s’agit d’un incident très inhabituel. Nous nous sommes rendus sur les lieux avec Sebastian et nous n’avons trouvé aucun indice expliquant cette perte de pression. » Tout en continuant à chercher une explication satisfaisante, le manufacturier se concentre désormais sur les tests des pneus qu’il présentera pour la saison 2012.

Vidéo
>> Grand prix d’Abou Dhabi :
embarquez pour un tour du circuit grâce au système 3D Track Experience Pirelli.