Pneus sportifs et ultra haute performance, pneu et compétition - F1 : le Grand Prix de Malaisie côté pneus
Center

F1 : le Grand Prix de Malaisie côté pneus

Sport Publié le 12/04/11

Si le premier grand prix de la saison fut une réussite totale pour Pirelli, celui de Malaisie s'est révélé plus compliqué. L'usure rapide des pneus a provoqué la formation de dépôts de gomme sur la piste qui ont gêné les pilotes. Retour sur une course très animée.

Pneu de F1 Pirelli Crédits photo © : Rezulteo

Avec une température supérieure à 30°c et un taux d’humidité de 83% les pneus Pirelli ont été confrontés à des conditions extrêmes, diminuant leur espérance de vie, et multipliant logiquement le nombre d’arrêts aux stands. Si certains pilotes soulignent ce nouveau paramètre à prendre en compte, le public est le grand gagnant avec un spectacle bien plus passionnant : de multiples dépassements, des stratégies aiguisées et un pilotage plus exigeant.

On assista ainsi à un ballet incessant dans les stands avec au total 59 changements de pneumatiques, et une évolution perpétuelle du classement général. Mark Webber passât ainsi de la 4ème à la 10ème place, et Nick Heifeld évolua entre la 2ème et la 9ème pendant que Sébastien Vettel faisait cavalier seul en tête.

Du côté de chez Pirelli on soulève les effets positifs d’une telle situation sur les stratégies de course.

Toutefois cette usure rapide ne serait pas sans conséquences puisque les pneus déposeraient beaucoup de dépôts de gomme sur la piste (marbles) d’après certains pilotes. Le phénomène n’a rien d’anormal en soit, mais il semblerait que ce soit plutôt le volume qui pose problème. Pirelli reste à l’écoute des équipages en précisant qu'une solution serait étudiée si cela était nécessaire

Le prochain grand prix, en Chine, devrait se montrer moins sévère envers les pneumatiques en raison de conditions plus clémentes.