Pneus sportifs et ultra haute performance, pneu et compétition - Grand Prix de Monaco : un tour de circuit dans la monoplace virtuelle Pirelli
Center

Grand Prix de Monaco : un tour de circuit dans la monoplace virtuelle Pirelli

Sport Publié le 26/05/11 par Julien

Embarquez pour un tour du circuit de Monaco grâce au système 3D Track Experience de Pirelli. Mettez-vous à la place du pilote et découvrez les difficultés techniques de ce grand prix emblématique. Frissons garantis !

 

Le mythique circuit de Monaco (3,3 km de long, 78 tours à parcourir) est l’occasion pour Pirelli d’étrenner son pneu super tendre (PZero Rouge) qui devrait procurer un grip maximal aux pilotes.

Sainte-Dévote : les voitures freinent brutalement pour le premier virage du circuit, perdant 160 km/h en 100 mètres. La sollicitation permanente des freins à Monaco provoque une forte élévation de la température qui se communique à toute la roue et soumet les pneus à un stress extrême.

Casino : suit une forte compression à la sortie de la place du Casino, laquelle peut déstabiliser les voitures au freinage.

Loews : l’épingle à cheveux de Loews est le virage le plus lent du championnat. Les pilotes le prennent à moins de 50 km/h. A cette vitesse, il ne faut pas compter sur les appuis aérodynamiques. Du coup, le pneu avant droit fournit un effort considérable au moment du changement de direction.

Tabac : cette section, située après le célèbre tunnel, est certainement un des tronçons les plus délicats du circuit, avec une chaussée étroite sans aucune échappatoire. A cet endroit, les voitures atteignent 160 km/h et sont soumises à une force latérale de plus de 3,3 G.

Piscine : autre passage délicat avec le premier virage de la Piscine. Ici, les voitures mordent les bordures à plus de 200 km/h, encaissant une force latérale de 3,6 G.

Anthony Noghes : la dernière partie du circuit est déterminante. Les pilotes doivent se faufiler entre les glissières et freiner tout en enchaînant les virages. Ils remettent les gaz à Anthony Noghes et passent rapidement en deuxième et troisième vitesse pour libérer toute la puissance du moteur dans la ligne droite des stands avant de repartir pour un nouveau tour.

 

Lire aussi

>> Grand Prix de Monaco : Pirelli inaugure son pneu super tendre