Test et essai comparatifs de pneus - Le grand comparatif Rezulteo : 10 pneus sportifs au banc d'essai
Center

Le grand comparatif Rezulteo : 10 pneus sportifs au banc d'essai

Tests et essais Publié le 23/09/13 par Cédric Pinatel

Pas facile de juger avec objectivité l'efficacité d'un pneumatique dans un segment aussi concurrentiel que celui des produits sportifs à hautes performances. Le magazine Motorsport, en partenariat avec Rezulteo, a mené une enquête rigoureuse en comparant directement les pneus hautes performances qui font office de référence sur le marché. Les résultats sont parfois étonnants et riches en enseignements.

Comparatif pneus sur le circuit Magny-Cours Rezulteo en partenariat avec Motorsport ont mené une enquête comparative : résultats surprenants garantis ! - Crédits photo © : rezulteo

Pneu hautes performances : le grand comparatif Rezulteo


Comment faire pour juger précisément de la qualité d'un pneumatique à hautes performances ? Voilà une question à laquelle il est difficile de répondre sans un examen très approfondi de tous les concurrents du marché. Les récents changements en matière de réglementation, qui ont rendu obligatoire l’
étiquetage de tous les pneus vendus à l'intérieur de l'Union Européenne, ne peuvent rassurer les consommateurs que sur le seul critère du freinage sur sol mouillé. L'efficacité énergétique et le niveau de bruit (soit les deux autres caractéristiques techniques obligatoirement mentionnées dans l'étiquette) restent objectivement moins importants pour un pneumatique sportif, qu'on doit acheter en priorité pour ses performances en conduite dynamique sur circuit, que ce soit sur le sec ou sur le mouillé. D'autres critères importants comme la rapidité d'usure, le ressenti de pilotage ou même le tarif doivent aussi être pris en considération pour ce genre de produit, autant de points  qui ne sont pas couverts par cette norme de l’étiquetage.

Il fallait donc trouver un moyen de comparer directement les principaux concurrents du marché des pneus hautes performances, que l'on retrouve sur la plupart des automobiles sportives qu'il s'agisse de compactes très puissantes, de grosses berlines ou même d'ultra-sportives. En dehors de quelques super-sportives extrêmes qui nécessitent le développement de gommes spéciales et 100% exclusives, la plupart de ces autos font appel aux mêmes genres de produits qui peuvent varier en diamètre et largeur de gomme selon le besoin du véhicule. Un marché sportif où certains noms sont bien évidemment plus connus que d'autres (Pirelli, Michelin...) mais qui recèle de très nombreux concurrents rassemblés pour un grand comparatif chiffré à la méthodologie rigoureuse.

 


Un cobaye automobile de choix


Pour tester les dix concurrents principaux du marché, nous avons choisi le cadre le plus naturel qu'il soit pour un pneu hautes performances : un circuit automobile, en l’occurrence la piste club du célèbre complexe de Magny-Cours qui accueillait notamment le Grand Prix de France de Formule 1 il y a quelques années. Une piste qui présente l’avantage de n'être liée avec aucun manufacturier pneumatique, sans risque de fausser les résultats. Encore fallait-il trouver une auto pour chausser toutes ces gommes et les mesurer à travers une batterie de tests.

Notre choix s'est porté sur la Ford Focus ST, une compacte sportive parfaitement compatible avec les pneus à tester. Forte d'un bloc quatre cylindres suralimenté de 250 chevaux, elle est un modèle incontournable dans la catégorie des sportives raisonnablement abordables, capable de rester suffisamment polyvalente dans la vie de tous les jours mais aussi très efficace pour rouler fort sur route ou sur circuit. Il s'agit d'une auto équipée d'une transmission aux roues avant, comme les Renault Megane RS, Volkswagen Scirocco R et autres Opel Astra OPC qui sont autant de concurrentes directes même si la Focus ST présente une philosophie un peu moins radicale et un moteur à peine moins puissant. Quatre exemplaires de Focus ST ont donc été amenés sur la piste avec quatre pilotes pour se relayer au volant sur un très gros rythme. Coté logistique, l'équipe de Rezulteo s'est associée aux journalistes du magazine Motorsport avec le renfort de deux monteurs franchisés Allopneu disposant d'un équipement ultra-complet.

 

Des pneumatiques achetés dans le commerce


Détail important : les dix types de pneumatiques que nous avons comparés (le Pirelli P-Zero, le Bridgestone Potenza S001, le Continental ContiSportContact 5, le Goodyear Eagle F1 Asymmetric 2, le Hankook Ventus S1 EVO2, le Michelin Pilot Sport 3, le Nexen N8000, le Toyo Proxes T1 Sport, le Vredestein Ultrac Vorti et le Yokohama Advan Sport V105) ont été achetés directement dans le commerce par nos soins et n'ont pas été livrés par les manufacturiers eux-mêmes.

Les manufacturiers communiquent souvent sur leurs nouveautés produits et proposent régulièrement de comparer leurs gommes avec des produits concurrents, dans le cadre d'essais qu'ils organisent où sont invités les journalistes automobiles spécialisés. Mais il apparaît difficile d'avoir un avis 100% objectif sur ce type d’événement puisque leur intérêt est évidemment de mettre en valeur leur produit au détriment des pneumatiques concurrents. Impossible dans ces conditions d'avoir le recul suffisant pour juger objectivement des qualités d'un pneu par rapport à un autre.

En les achetant directement dans le commerce comme un consommateur normal, on s'assure donc d'avoir les mêmes pneus que le consommateur. Pour chausser les Focus ST, nous avons par ailleurs sélectionné des gommes à la dimension 235/40 R18 95Y qui convient naturellement à l'auto et qui présente l’intérêt d'être disponible chez tous les manufacturiers avec le même indice de vitesse : un paramètre idéal pour être sûr de n'opposer que des produits directement concurrents. Si l'indice de vitesse avait varié d'un pneu à l'autre, la comparaison aurait été biaisée car cela impliquait des produits conçus pour répondre à des contraintes différentes.

 

Pour tous les prix


Parmi les dix pneumatiques mis en concurrence, on note déjà une très grosse différence sur le tarif qui peut aller quasiment du simple au double entre le produit le moins cher (le Nexen N8000 à 99 euros) et le plus cher (Continental ContiSportContact 5 à 174 euros). Le Continental, le Michelin et le Pirelli sont les trois gommes qui se payent le plus cher en moyenne. On peut sans doute y voir un lien avec la réputation qu'elles ont réussie à acquérir sur les dernières décennies. Suivent le Yokohama et le Goodyear, puis le Hankook, le Toyo, les Bridgestone et Vredestein et donc, le Nexen chinois qui reste le plus abordable.

 

...Et tous les poids !


Coté prix, les écarts peuvent être importants et curieusement, c'est pareil au niveau du poids des gommes. Nous avons pris le temps de peser chacun des pneumatiques et là aussi, les chiffres peuvent surprendre. Entre le pneu le plus léger (Continental) et la gomme la plus lourde (Vredestein), on relève un écart de 2,15 kilos pour un seul pneu. Soit huit kilos et demi rapportés aux quatre roues, une masse non négligeable qui affecte sans doute le comportement dynamique de l'auto. Autre critère intéressant que nous avons étudié, celui de la variabilité : d'un pneu à l'autre de la même marque, on note une homogénéité de masse plus ou moins élevée en fonction des marques. Sur un Michelin qui fait office de référence dans ce domaine, la variabilité est de seulement 10 grammes en moyenne sur les quatre pneus. Sur un Pirelli, elle atteint 132 grammes. Sans doute faut-il y voir des différences dans la maîtrise de l'outil de production chez l'une ou l'autre marque... 

Tableau poids Magny-CoursCrédits photo © : rezulteo

 

Pour en savoir plus

>> Rezulteo sur le circuit de Magny-Cours en images 

 

                                                                                                                        Lire la suite >>